Support & Downloads

Quisque actraqum nunc no dolor sit ametaugue dolor. Lorem ipsum dolor sit amet, consyect etur adipiscing elit.

j j

Contact Info
New York +(123) 456 -7890 innovio@mikado-themes.com 184 Main Street Victoria 8007
Folow us on social

COVID-19 : LA DEUXIÈME VAGUE
SERA-T-ELLE CELLE DES CANCERS ?

UNE ÉTUDE ENDERBY

Touchant près de 400 000 personnes et responsable de près de 150 000 décès en France chaque année, le cancer est un enjeu de taille en matière de santé publique.

Alors que l’épidémie de Covid-19 a freiné la réalisation de nombreux tests de dépistage, d’examens de diagnostic ou de surveillance et a perturbé le bon déroulement des traitements, les spécialistes craignent une recrudescence de nouveaux cas dans les semaines et mois à venir. En effet, selon la Ligue contre le cancer, sur les 400 000 nouveaux cas de cancer détectés chaque année en France, 30 000 malades n’auront pas été diagnostiqués pendant la période. De plus, d’après certaines modélisations, la survie à six mois pourrait être diminuée de 30 % en raison du retard, même modeste, de prise en charge chirurgicale pour certains cancers agressifs en stade 2.

 

Dans ce contexte, le cabinet de conseil en stratégies de marque et influence Enderby dévoile les résultats d’une étude mesurant le niveau d’information des Français à l’égard de cette maladie.

 

Le résultat est sans appel : l’épidémie de Covid-19 a éclipsé tous les messages d’information sur le cancer. Alors même que le niveau d’information des Français sur le cancer était déjà perfectible avant la crise sanitaire, notamment auprès des moins de 50 ans et des catégories socio-professionnelles les moins favorisées, la disparition des messages de prévention et de sensibilisation sur le cancer préoccupe les personnes interrogées.

Les maladies chroniques n’ayant pas disparu avec l’épidémie de la Covid-19, il devient urgent de remettre en lumière ces messages de santé publique pour inciter les Français à réaliser leurs tests de dépistage, d’examens, ou, tout simplement, de surveillance.  Sans quoi, le cancer pourrait tuer des milliers de personnes dans les années à venir.

 

Marie Grillet, Responsable communication santé & social, Enderby

CHIFFRES-CLÉS

des personnes interrogées considèrent que les messages d’information sur le cancer ont été éclipsés par le confinement.

des sondés estiment que les messages de prévention et de sensibilisation à l’égard du cancer ne sont toujours pas audibles, malgré le déconfinement.

des Français de moins de 50 ans soulignent être mal informés face au cancer.

des moins de 50 ans estiment que l’on ne parle pas suffisamment du cancer.

QUELQUES ENSEIGNEMENTS

1

LES MESSAGES D’INFORMATION SUR LE CANCER ONT ÉTÉ ÉCLIPSÉS PAR LA CRISE SANITAIRE ET N’ONT TOUJOURS PAS RETROUVÉ LEUR VISIBILITÉ DEPUIS LE DÉCONFINEMENT

Selon 89 % des Français, la crise sanitaire liée à l’épidémie de la Covid-19 et les mesures de confinement qui l’ont accompagnée ont éclipsé les messages de prévention et de sensibilisation sur le cancer. Encore plus inquiétant, le retour à la normale n’a pas encore eu lieu selon eux.

2

UNE INFORMATION DAVANTAGE CENTRÉE SUR LA PRÉVENTION QUE SUR LA MALADIE

61 % des sondés se disent bien informés sur le dépistage (12 % se déclarent très bien informés) et 59 % se disent bien informés sur les facteurs aggravants le risque de cancer (13 % se déclarent très bien informés).
Les Français sont en revanche nettement moins informés sur les traitements contre le cancer (50 %), le vécu d’un patient pendant son traitement (47 %), la recherche (46 %) et le rôle des aidants (45 %).
Cela peut s’expliquer par le rôle des campagnes de sensibilisation centrées principalement sur la prévention et le dépistage…

3

DES CAMPAGNES DE SENSIBILISATION APPRÉCIÉES DES FRANÇAIS

Les événements de sensibilisation au cancer de type Octobre Rose ou Mars Bleu sont connus et appréciés des Français : 90% y portent un regard positif et 34% y participent (ce qui représente 18 millions d’adultes). En revanche, ils sont plus réservés sur leur efficacité : seul un sondé sur deux (49%) pense qu’ils permettent de limiter le risque de cancer.

Les jeunes sont les plus positifs à l’égard de ces événements : 95% considèrent que c’est une bonne chose qu’ils existent (+5 points par rapport à la moyenne globale).

Cet enseignement doit toutefois être mis en perspective au regard du contexte particulier de l’année 2020. En effet, l’épidémie de Covid-19 et les mesures de confinement mises en place ont annulé les événements de sensibilisation de la campagne Mars Bleu et éclipsé tous les messages de sensibilisation habituellement portés durant toute cette période.

Pour recevoir notre étude, complétez le formulaire ci-dessous.

CONTACT PRESSE

CAMILLE PAN

06 38 73 78 38

cpa@enderby.agency

CONTACT PRESSE

MARIE GRILLET

06 45 42 91 00

mgr@enderby.agency

CONTACT ENTREPRISES

DELPHINE JOUENNE

06 68 68 18 51

djo@enderby.agency

Aenean odio Nullam ultricies ipsum ut sem, ut nec non vulputate,